Éliminer les obstacles

Éliminer les obstacles : l’apprentissage collaboratif favorise le changement

Le Comité de planification de base pour les projets de formation en protection civile et en intervention en cas d'urgence a été créé en 2002. Ce comité regroupant plusieurs organismes offre des conseils et des recommandations sur le développement et la coordination de projets de formation relatifs aux interventions multidisciplinaires en cas d’opérations d’urgence complexes ou de grande envergure. Les travaux du comité ont maintenant été reconnus à l’échelle internationale. Différentes versions de l’article intitulé Breaking down barriers: Collaborative education drives collective change (Éliminer les obstacles : l’apprentissage collaboratif favorise le changement), qui porte sur le comité, sont parues dans la publication Journal of Emergency Management Vol. 2, no 3, été 2004, dans les actes du 14e congrès mondial sur la gestion des catastrophes, qui a eu lieu en juin 2004, et dans la publication Fire Service Messenger.


Éliminer les obstacles :

l’apprentissage collaboratif favorise le changement

Rose Barg, D.Ed.

Introduction

Dans la foulée des attaques sur le World Trade Center de New York, le 11 septembre 2001, les gouvernements et les organismes de première intervention de l’Ontario sont devenus très conscients de leur vulnérabilité. Bien que l’on ait atteint différents niveaux de préparation dans chacune des disciplines pour intervenir en cas d’urgences majeures ou complexes, la nécessité d’une plus grande collaboration entre tous les ordres de gouvernement et les organismes de première intervention est apparue évidente.

Le présent article décrit comment le Bureau du commissaire des incendies (BCI) a su utiliser au maximum l’occasion provoquée par cet événement pour élaborer une démarche collaborative et systématique en matière de formation et d’éducation pour plusieurs organismes. Les systèmes collaboratifs continuent de contribuer à une plus grande préparation des organismes à l’échelle municipale, régionale et provinciale partout en Ontario. Cela a été mis en lumière par l’intervention lors de l’épidémie de SRAS et à l’occasion de la panne majeure d’électricité qui sont survenues en Ontario en 2003.

Projet de protection civile

Immédiatement après les attaques contre le World Trade Center, le Bureau du commissaire des incendies (BCI) a lancé un projet de protection civile. Le but fixé pour l’ensemble de ce projet complexe était

« de faire en sorte qu’une équipe compétente et multidisciplinaire soit disponible à l’échelle de la province pour intervenir de façon planifiée, coordonnée et opportune en cas de situations d’urgence de grande envergure et complexes, dues à un phénomène d’origine naturelle ou humaine. »

L’atteinte de ce but nécessite l’évaluation, la surveillance et l’amélioration continues des interventions d’urgence en fonction des menaces, des pressions et des pratiques émergentes. Dès le départ, il a été convenu que, pour atteindre cet objectif, l’accent devrait être mis sur la formation dans le cadre de ce projet.

Préparatifs d’intervention : une démarche en deux volets

Le projet de protection civile prévoyait une démarche en deux volets. Le premier consistait à élaborer une stratégie provinciale exhaustive d’intervention, en collaboration avec le réseau actuel des organismes en place dans la province. La stratégie provinciale d’intervention a été mise au point en réaction à une analyse des capacités d’intervention existantes. Les résultats de cette analyse, associés à des discussions menées avec des intervenants clés, ont contribué à l’établissement des buts et des stratégies appropriés. Le deuxième volet de la démarche consistait à créer une structure constituée de décideurs provenant de plusieurs organismes qui collaboreraient et contribueraient à la création de programmes de formation et d’éducation dans la province.

Les sections qui suivent décrivent la stratégie provinciale exhaustive d’intervention ainsi que le système de formation et d’éducation multi-organisme qui en découle.

Première partie : une stratégie provinciale exhaustive d’intervention

Niveau I : intervention à l’échelle municipale et communautaire

Dans le système ontarien de gestion des situations d’urgence, l’administration municipale/communautaire doit être la première à répondre aux besoins du public en cas d’urgence. Les organismes de première intervention comprenant les services des incendies, de la police et des soins médicaux d’urgence sont généralement les premiers à arriver sur les lieux. Ils interviennent suite à un incident conformément à leurs lignes directrices opérationnelles normalisées et à leurs cadres législatifs.

Quand un incident met en cause des matières dangereuses, y compris les incidents chimiques, biologiques, radiologiques ou nucléaires (CBRN), on s’attend à ce que tous les organismes d’intervention municipaux et communautaires de la province aient la capacité d’intervention de niveau I. Les équipes d’intervention de niveau I de l’Ontario doivent intervenir conformément au niveau d’initiation, défini par la norme 472 de la National Fire Protection Association (NFPA 472): Standard for Professional Competence of Responders to Hazardous Materials Incidents (2002 Edition). Cela signifie que tous les intervenants doivent pouvoir reconnaître la présence de matières dangereuses et prendre les mesures préventives appropriées, interdire l’accès au lieu de l’incident et appeler à l’aide les autorités compétentes.

Équipes d’intervention des niveaux II et III

Lorsqu’un soutien spécialisé doit intervenir dans ce type de situations d’urgence, il est possible d’obtenir de l’aide grâce à des ententes conclues dans le cadre des systèmes d’assistance mutuelle, ou en faisant appel à des fournisseurs contractuels. Lorsqu’il s’agit d’incidents chimiques, biologiques, radiologiques ou nucléaires (CBRN) ou mettant en cause des matières dangereuses, et si la collectivité a déclaré une urgence municipale, les équipes d’intervention de niveau II ou III, qui sont en partenariat avec le BCI, peuvent être appelées à intervenir par le Centre provincial des opérations (CPO), qui est administré par Gestion des situations d’urgence Ontario (GSUO). Ces équipes appuient les collectivités locales dans leur intervention.

Les équipes d’intervention de niveau II, qui sont formées conformément au niveau des opérations défini par la norme NFPA 472, proviennent des services des incendies stratégiquement situés partout dans la province et qui ont conclu des partenariats avec le BCI pour intervenir lors de tels incidents. Les responsabilités des équipes de niveau II comprennent l’analyse des incidents, l’identification des dangers, le confinement et la décontamination.

Activation des ressources provinciales et fédérales

Le CPO reçoit les demandes d’aide des coordonnateurs régionaux des incendies, qui coordonnent les systèmes d’assistance mutuelle pour les collectivités locales partout dans la province. Les coordonnateurs des incendies relèvent les détails de l’incident et demandent les ressources permettant d’atténuer la situation d’urgence. Après approbation, l’équipe d’intervention ayant le niveau approprié est appelée à intervenir. Selon les exigences de la situation, la Police provinciale de l’Ontario, l’Équipe provinciale d’intervention en cas d’urgence (EPIU) et l’équipe d’intervention en cas d’urgence du BCI peuvent participer à l’intervention. Cette participation peut comprendre la mise à disposition de postes mobiles de commandement, de vêtements de protection ou de systèmes de communication radio ou par satellite au cours de l’intervention, ainsi que du personnel capable d’offrir des conseils et de l’aide. Les équipes d’intervention provinciales collaborent avec les équipes d’intervention multi-organismes selon les exigences liées à la nature de l’incident.

Selon la nature de la situation d’urgence, des ministres provinciaux peuvent être délégués afin d’assurer la direction dans certaines situations. (Par exemple, un déversement de matières toxiques relèverait du ministre de l’Environnement, tandis qu’un incident nucléaire majeur serait coordonné par GSUO.)

L’accès à l’aide fédérale est aussi coordonné par GSUO. Cet organisme s’occupe de transmettre les avis ou d’intervenir en cas d’incidents relevant de l’autorité fédérale, comme une guerre ou lorsque les terres fédérales sont en cause. Le gouvernement fédéral, par l’intermédiaire de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC), assume la principale responsabilité en cas d’incidents terroristes présumés.

Deuxième partie : collaboration multi-organisme en matière de formation et d’éducation

Lors de la première ébauche de ce projet, le BCI souhaitait faire en sorte que toutes les initiatives en matière de formation et d’éducation ciblent les groupes d’intervention et les organismes appropriés, que le contenu des cours soit adapté à chacun des groupes ciblés, et que les cours créés soient en harmonie avec ceux offerts par d’autres organismes. Pour ces raisons, il a été déterminé qu’il fallait adopter une démarche systématique et exhaustive passant par la création d’un comité multi-organisme qui coordonnerait les données, les commentaires et les recommandations reçus pour permettre la mise sur pied d’un programme d’éducation sur la protection civile.

Comité de planification de base de la protection civile et des interventions d’urgence

Le Comité de planification de base de la protection civile et des interventions d’urgence a été créé afin d’amorcer une démarche systématique et exhaustive en matière de formation et d’éducation. Le mandat du comité consistait à prodiguer des conseils et à faire des recommandations sur le développement et la coordination de tous les projets de formation découlant de cette initiative gouvernementale dirigée par le BCI, relativement à une intervention par une équipe multidisciplinaire en cas de situations d’urgence de grande envergure ou complexes. Ce comité compte maintenant des représentants de plus de 15 organismes, dont les services d’incendie, les services de police, les services médicaux d’urgence (SMU), GSUO, les services de santé d’urgence (SSU), Santé publique et les hôpitaux. Le comité se réunit régulièrement pour partager de l’information et discuter des enjeux relatifs à la formation et à l’éducation d’organismes multiples et pour faire en sorte qu’il y ait une démarche coordonnée pour les divers organismes en Ontario.

Équipes multi-organismes de travail sur la planification des cours

En plus d’offrir des conseils et de faire des recommandations sur les projets de formation, l’une des responsabilités clés des membres du comité consiste à aider le BCI en contribuant de façon spécifique à un organisme afin de l’aider à préparer les outils de formation.

Les équipes multi-organismes de travail sont créées pour collaborer à la planification, au développement et à l’exécution des programmes de formation afin de combler les besoins particuliers et collectifs. En ayant recours à des équipes de travail multi-organismes nommées par l’intermédiaire du comité de planification de base, le BCI s’assure que les cours multi-organismes proposent un contenu pertinent, pour que les besoins de formation des groupes ciblés d’intervenants soient comblés et pour qu’ils soient coordonnés avec ceux des autres autorités et organismes.

Centre d’excellence en gestion des situations d’urgence

Les cours qui ont été créés et offerts à ce jour font partie de ce qui deviendra le Centre d’excellence en gestion des situations d’urgence. Physiquement, le Centre fonctionnera à partir du Collège des pompiers de l’Ontario, à Gravenhurst, en Ontario. Le collège étend ses compétences au-delà des services d’incendie afin de faire en sorte que les inscriptions et les certificats appropriés ainsi que les autres systèmes d’administration et de registre des étudiants soient établis en fonction des besoins de cette initiative multi-organisme. Les projets multi-organismes d’éducation et de formation actuellement offerts sont mis en œuvre par le Collège et deviendront un élément clé du Centre d’excellence en gestion des situations d’urgence. Les cours ont été conçus par les équipes de travail multi-organismes, constituées par le comité de planification de base.

Les sections qui suivent donnent un aperçu des cours qui ont été mis au point à ce jour dans le cadre de ce processus. Nous croyons que la démarche collaborative selon laquelle ces cours ont été mis au point contribue à l’atteinte de l’objectif global du projet.

Des cours qui viennent en aide aux équipes de niveau i

Formation sur la sensibilisation aux activités terroristes/aux matières dangereuses

Le cours Terrorism/Hazardous Materials Awareness for First Responders in Ontario: Self-Study (Sensibilisation aux activités terroristes/aux matières dangereuses pour les premiers intervenants en Ontario : cours d’autoapprentissage) est offert à tous les premiers intervenants à l’adresse www.ontario.ca/commissairedesincendies. Ce cours, qui s’inspire de la norme NFPA 472, Standard for Professional Competence of Responders to Hazardous Materials Incidents, 2002 Edition a été diffusé auprès des organismes de première intervention de l’Ontario et continue d’être téléchargé par plusieurs premiers intervenants de plusieurs organismes de la province. L’objectif consiste à atteindre le plus grand nombre possible de premiers intervenants conformément à la stratégie d’intervention provinciale. Nous invitons tous les premiers intervenants des services d’incendie, de police, de soins ambulanciers/de soins médicaux d’urgence et autres organismes participant aux interventions, à développer les connaissances et les compétences nécessaires pour obtenir les résultats d’apprentissage correspondant à une formation de niveau initiation. Nous continuons à offrir des certificats du Collège des pompiers de l’Ontario aux personnes qui réussissent ce cours.

Cours inter-organisme pour premiers intervenants

Le cours Interagency First Responder Course (Cours inter-organisme pour premiers intervenants) a été créé pour les intervenants de première ligne des services d’incendie, des services de police, des services de santé d’urgence et de Santé publique, de GSUO ainsi que des hôpitaux. Cet atelier interactif permet aux participants d’avoir une même compréhension de leur rôle commun et respectif ainsi que de leurs responsabilités quand ils interviennent dans des situations d’urgence complexes.

Un échantillon de conférenciers représentant divers organismes mettent en évidence les cadres législatifs et les protocoles qui régissent le travail des premiers intervenants. Ils sont suivis par une importante séance plénière permettant de partager les expériences, les réussites et les défis de chacun; puis les participants analysent des études de cas afin de planifier et de mettre en pratique une démarche unifiée pour aborder la gestion des incidents.

Bien que ce cours ait fait l’objet d’essais pilotes, il en est toujours au stade du perfectionnement et l’on prévoit mettre la dernière main au contenu et au plan du cours afin de le mettre en œuvre avec les premiers intervenants de plusieurs organismes de l’Ontario.

Cours multi-organismes pour les agents/responsables principaux

Cette année, notre cours Multi-Agency Senior Officer/Manager Course (cours multi-organismes pour les agents/responsables principaux) est mis en œuvre afin d’être offert à l’échelle régionale dans les collectivités clés de la province. Les premières collectivités ciblées pour ce cours sont celles qui ont conclu une entente de partenariat avec le BCI en tant qu’équipes de niveau II (niveau des opérations) ou de niveau III (niveau de technicien), qui contribuent à la stratégie d’intervention provinciale de l’Ontario, mais l’intention à long terme est d’offrir ce cours partout dans la province. Le groupe cible est constitué de décideurs, d’agents et de responsables principaux qui collaborent dans les collectivités locales à la planification et à la réalisation d’interventions dans les situations d’urgence complexes.

Cet atelier a pour objet de permettre aux décideurs principaux des organismes régionaux de gestion des situations et interventions d’urgence d’analyser des situations d’urgence d’envergure ou complexes. Les participants s’exercent à mettre en œuvre un système unifié de gestion des incidents en respectant les nouveaux protocoles provinciaux et régionaux. Les rôles et responsabilités communs et respectifs des organismes multidisciplinaires sont mis en évidence tandis que les efforts sont concentrés sur la coopération et la collaboration, qui contribuent à assurer une transition harmonieuse des responsabilités d’un organisme à celles d’un autre. Les participants s’exercent à faire des interventions dans des situations d’urgence simulées complexes, et ils sont invités à diffuser les connaissances, les compétences et le matériel documentaire qu’ils ont obtenus dans leurs services respectifs.

Dans la région de Halliburton, un responsable principal du centre de soins de longue durée a écrit :

« J’ai pu me servir de l’information que j’avais acquise pour revoir notre plan interne d’intervention d’urgence et j’ai communiqué avec les agents des programmes communautaires GSUO de nos trois comtés. Ceci nous a permis de contribuer au plan d’intervention d’urgence CBRN de notre municipalité. »

Un sergent de la police provinciale de l’Ontario qui a suivi le cours écrit :

« L’utilisation du cours multi-organisme pour les agents/responsables principaux a été utile car il nous a permis d’avoir une vision globale des situations d’urgence du point de vue de tous les organismes. Il arrive parfois que nous soyons trop obnubilés par nos propres programmes pour percevoir l’impact qu’ont les situations d’urgence sur les autres organismes. Plus particulièrement, les services de police, des incendies et de soins ambulanciers ne pensent pas aux organismes de soutien qui s’occupent des personnes touchées et qui continuent de les traiter bien après que la situation d’urgence initiale soit terminée. »

Un participant du Centre des sciences de la santé, à Hamilton, écrivait :

« Ce cours nous a procuré une perspective et un enseignement précieux sur les organismes avec lesquels l’organisme auquel j’appartiens ne traite pas au quotidien. Lors d’une situation d’urgence ou d’une catastrophe, l’information et les occasions de réseautage avec des spécialistes sur le terrain revêtent une importance inestimable pour mon organisme et pour moi-même. »

Cours qui viennent en aide aux équipes de niveau ii

Cours sur les opérations en présence de matières dangereuses

Le cours Hazardous Materials Operations Course (cours sur les opérations en présence de matières dangereuses) a été créé pour venir en aide aux équipes chargées des interventions de niveau II. Ce cours, agréé par l’International Fire Service Accreditation Congress (IFSAC), est conforme au niveau des opérations prévu par la norme NFPA 472. Initialement, il était offert sur place par le BCI aux équipes de niveau II. D’autres cours ont par la suite été donnés à l’échelle locale par des instructeurs associés du Collège des pompiers. Grâce à des activités en classe approfondies, axées sur les compétences et les connaissances, ce cours cible les intervenants qui viendront en aide aux équipes locales de niveau I. Les équipes ayant reçu la formation à ce niveau sont prêtes à analyser les incidents mettant en cause des matières dangereuses, à déterminer la nature des dangers, à planifier une intervention sécuritaire et à s’exercer à exécuter des procédures de décontamination.

Cours qui viennent en aide aux équipes de niveau iii

Cours pour les techniciens travaillant en présence de matières dangereuses

L’une des exigences pour les équipes de niveau III est que leurs membres doivent avoir reçu la formation de niveau de technicien, conformément à la norme NFPA 472. Par conséquent, un cours pour techniciens travaillant en présence de matières dangereuses a été mis au point pour venir en aide à ces équipes. Ce cours de deux semaines offre aux participants l’occasion d’analyser les facteurs situationnels mettant en cause des matières dangereuses autres que chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. Les participants sont mis en présence de plusieurs interventions simulées rigoureuses, mettant en cause des matières dangereuses, au cours desquelles ils évaluent et identifient les dangers, créent et mettent en œuvre des plans d’action, et s’exercent à intervenir de façon sécuritaire au sein d’une équipe. Ils mettent également l’accent sur le sauvetage, le rétablissement et la restauration en utilisant du matériel de protection spécialisé.

Formation et exercices pour les équipes provinciales d’intervention en cas d’incidents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires

Au cours des trois dernières années, nous avons organisé au moins un exercice majeur par année, au cours duquel les équipes d’intervention provinciales en cas d’incidents chimiques, radiologiques, biologiques et nucléaires de Windsor, d’Ottawa et de Toronto, appuyées par la Police provinciale de l’Ontario, par l’EPIU, par les organismes de santé et autres, se réunissent pour s’efforcer d’améliorer leur capacité de collaboration en cas d’intervention lors de situations d’urgence simulées complexes mettant en cause des matières chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. Les ateliers qui font partie de ces séances de formation étaient axés sur l’identification des dangers, l’intervention, le sauvetage et le rétablissement, la décontamination, la décontamination massive et la sécurité contre le rayonnement. Un exercice multi-organisme majeur d’une journée met à l’épreuve les mesures d’intervention et de prise de décision dans le cadre d’un système unifié de gestion des incidents.

Résumé

En résumé, le Bureau du commissaire des incendies a pu contribuer aux efforts de formation et d’éducation multidisciplinaires en matière de protection civile et d’intervention en Ontario. Toutefois, nous n’aurions pas pu y arriver sans le soutien considérable et les efforts déployés par l’ensemble du réseau multi-organisme. En collaborant avec nous dès les premiers stades de ce projet, ils ont contribué à la planification et à la discussion des enjeux, ils ont fait des recommandations et nous ont fourni de très nombreux membres ayant les niveaux de connaissance et l’expertise nécessaires en matière de contenu pour que nous puissions répondre à plusieurs des besoins de formation qui existent dans la province. Nous croyons que la démarche collaborative qui a été entreprise au début de ce projet, ainsi que le travail de coopération qui a suivi, contribuent encore aujourd’hui à éliminer les obstacles entre les organismes et, par conséquent, à accroître la capacité d’intervention des organismes multiples à l’échelle municipale, régionale et provinciale partout en Ontario.